Les lectures

Les Lectures

Pour la seconde saison, nous vous proposons un cycle de lectures, confiées à Patrice Juiff, auteur et comédien. Ces trois rencontres feront écho à la programmation et permettront de prolonger ou d’anticiper les plaisirs des spectacles.
Toutes les lectures auront lieu à l’Auditorium Rostropovitch
Tarif unique 5 €

 

Autour de Le Monde d’hier
Stefan Zweig ou La conscience contre la violence

Jeudi 6 décembre – 19h30

« On peut tout fuir, sauf sa conscience. » Stefan Zweig, La Pitié dangereuse, 1939.

L’oeuvre multiple et dense de Stefan Zweig (1881-1942) fait de lui un auteur inclassable. Hypersensible et perpétuellement angoissé, il décrit avec précision les tourments émotionnels de ses personnages, tous en proie à des passions destructrices. Son écriture concise et efficace ainsi que l’importance de la dimension psychologique dans ses textes en font un écrivain moderne. Il est aussi un grand témoin de son temps, de ses dérives totalitaires interrogeant la responsabilité de chacun, de l’homme et de l’artiste sur son rôle individuel dans la catastrophe humanitaire générée par l’avènement du nazisme et de ses corollaires
totalitaristes.

Lecture d’extraits de nouvelles et de correspondances avec accompagnement musical.

 

Autour de Marivaux et
Le Jeu de l’amour et du hasard.
Le travestissement au théâtre et dans la littérature.

Jeudi 14 mars – 19h30

« Il me semble que déguisement suppose une difficulté d’être reconnu, et que travestissement suppose seulement l’intention de ne pas l’être. » Jean le Rond d’Alembert

Dans quelle mesure le travestissement peut-il être à la fois mensonge et voie d’accès à la vérité ? De Marivaux, à Shakespeare en passant par Molière, George Sand, Copi, Jean Genet…, l’art de paraitre un autre pour des raisons identitaires ou afin de démasquer l’hypocrisie, l’imposture en politique ou en amour est un artifice souvent utilisé aussi bien dans l’écriture romanesque que dramatique. Et puis, l’auteur ne se travestit-il pas dès lors qu’il raconte l’histoire d’un ou d’une autre pour se raconter lui-même ?

 

Autour de C’est la vie.
La catharsis au théâtre
et dans la littérature.

Mardi 21 mai – 19h30

« L’écriture peut-elle viser autre chose qu’une mise au point avec soi, une catharsis, une purification aristotélicienne ? Viscérale, sincère, authentique, la fabrication d’un livre obéit aux lois de la psychologie des profondeurs ». Michel Onfray, Contre-histoire de la philosophie II : Le Christianisme hédoniste

La littérature peut-elle faire face au monde, agir, remédier aux souffrances, comme nous aider à mieux vivre dans nos existences ordinaires ? En place de la religion et d’un projet politique, son rôle est-il de réparer nos conditions de victimes, de corriger ces traumatismes de la mémoire individuelle ou du tissu sociétal ?

Un parcours de lecture d’Aristote à Racine, en passant par Rousseau, Barthes, Pierre Guyotat, Arnie Ernaux ou Virginie Despentes…

 

 
Abonnez vous à notre Newsletter

Recevez les nouvelles publications par mail.